Pacte civique phase III... le lancement


Le 20 janvier 2018, à Paris, le Pacte civique a franchi une nouvelle étape en lançant sa phase III. Ses forces vives, membres des ateliers et collectifs locaux, réunis autour des fondateurs, notamment Jean-Baptiste de Foucauld, ont lancé les nouveaux chantiers sur lesquels le Pacte civique va pleinement s’engager. Parmi les priorités de la troisième phase de son action : la qualité du débat démocratique et la construction d’une politique de la fraternité.

Voici ci-après quelques éléments traités lors de cette manifestation "qui s'est jouée à guichet fermé".

Bilan du Pacte civique, bilan des six mois du président Emmanuel Macron

L’importante contribution du Pacte civique à l’expérimentation «Territoires zéro chômeur de longue durée", les travaux collaboratifs qu’il a organisés autour de la question cruciale du virage numérique de Pôle emploi, figurent au bilan 2015/2017 présenté en préambule de cette journée. Tout comme la publication du livre « Relever le défi démocratique» ou encore les nombreuses interpellations de candidats aux élections sur les grands enjeux de société (Europe, migrations, emploi, transition écologique, mutation démocratique),

Autre bilan partagé ce 20 janvier dernier, celui des six premiers mois du président Emmanuel Macron, issu des travaux menés par l’Observatoire Citoyen de la Qualité Démocratique (OCQD). Créé en 2012 par le Pacte civique, cet observatoire citoyen se fixe pour mission, en analysant méthodiquement des processus de préparation et de décision mis en œuvre par le gouvernement (réformes, fabrication de lois, ...) et de nombreux acteurs de la vie publique (collectivités locales, élus, ...) et associative, de contribuer à l’amélioration de notre démocratie.

Point d’orgue de la journée, un débat autour de la fraternité, pilier oublié de la devise républicaine

La fraternité, valeur partageable capable d’unifier la société autour d’une inspiration commune, de réguler la tension entre liberté et égalité, et de donner un nouvel élan à la quête d’un vivre ensemble où chacun ait sa place. Comment peut-elle devenir un guide et un critère de décision, d’arbitrage et d’évaluation pour les actions de la société civile et les politiques publiques ?

Le Pacte civique va interpeller les pouvoirs publics: le président de la République, le gouvernement et les parlementaires sont désormais confrontés aux grands défis de la fraternité. Ils doivent ouvrir le débat sur ce sujet crucial trop longtemps délaissé.

Ils doivent prendre le risque d’ouvrir ce chantier, en veillant à ne pas écouter les timides, ceux qui croient qu’il s’agit d’une notion sans contenu, ceux qui ont peur de mettre en lumière crûment le manque de fraternité de la société française. Les imperfections de la liberté et plus encore de l’égalité ne nous empêchent pas de nous y référer en permanence. Pourquoi, sinon par manque d’habitude, en serait-il autrement de la fraternité ? Celle-ci doit devenir partie prenante de la culture politique quotidienne, autrement que sous la forme de proclamations rituelles. En un mot, elle doit devenir plus effective, tout comme l’égalité et la liberté.

Dès cette année, le Pacte civique compte bien avancer sur le sujet, notamment sur l’humanisation des services publics à l’heure du tout numérique, et en particulier de l’hôpital.





Retrouvez les moments forts...